Chercher sur le Site par Mot clef Mot(s) exact(s)



Les avantages et les désavantages des moyens de contraception.


Le retrait | L'abstinence périodique | Préservatif | Le stérilet | micros pilules
minis pilules : Risques | minis pilules : Avantages | Contraceptifs de longue durée d'action

Le retrait

  • Avantages : utilisable en n'importe quelle circonstance
  • Inconvénients : Taux d'échec élevé ; Frustration psychologique. Ce moyen est connu depuis toujours : "descendre du tram en marche" n'est pas bien entendu exempt d'accidents.

  • TopTop

    L'abstinence périodique

  • par la méthode de l'observation de la courbe de température
  • et par la méthode de l'observation de la glaire cervicale . L'abstinence périodique est basée sur le constatation que la femme n'est féconde qu'au moment de l'ovulation.

    Les méthodes naturelles de contraception : détail

    Il s'agit donc de déterminer à l'avance et non pas à posteriori le moment de l'ovulation.

    En consultation de fertilité par exemple on le fait et ce n'est pas simple. On s'appuie sur l'observation d'au moins trois courbes de température et sur la base de cette observation on tente de prédire ou de prévoir une zone de tempsnormalement l'ovulation devrait se produire ; on s'appuiera également sur l'observation de la glaire cervicale. Ces deux techniques seront complétées par une mise au point échographique et/ou biologique ( détermination du pic de LH ). Ces différentes techniques seront combinées si par exemple on pratique des inséminations intra ou extra conjugales.
    Lorsque le couple désire un bébé depuis longtemps la femme est prête à subir toutes ces analyses. Outre leurs difficultés ( prise de sang régulières, rendez-vous : un à trois par cycle en moyenne ) il faut savoir aussi que ces examens sont onéreux et répétitifs. Dans la pratique de la contraception ces mesures sont irréalistes. Dès lors ne se baser que sur une de ces analyses pour essayer de ne pas être enceinte revient à jouer à la roulette russe.

  • TopTop


    Les moyens mécaniques

    Le préservatif :

  • Avantages :
    Le préservatif est un bon moyen de prévention des maladies sexuellement transmissibles ; il pourrait être acceptable au point de vue contraceptif s'il est accompagné d'un spermicide. Il faut de plus qu'il soit de bonne qualité, qu'il résiste, qu'il ne s'oublie pas ou qu'il ne glisse pas.

  • Désavantages :
    En pratique on voit régulièrement des femmes venir demander la pilule du lendemain suite à un de ces incidents. Même sans "incidents" la protection n'est pas bonne.
    Le stérilet :

  • Avantages :
    Il est d'une meilleure efficacité à condition d'utiliser des stérilets au cuivre ou à la progestérone ( très, très bonne efficacité pour ce dernier ). Prix relativement modique même pour le stérilet à la progestérone car son coût initial est à étaler sur 5 ans.

  • Désavantages :
    Règles abondantes avec le stérilet au cuivre;
    pertes brunâtres avec le stérilet à la progestérone puis souvent absence de règles ( ce qui peut être un avantage )
    Le stérilet n'est pas conseillé chez les femmes n'ayant pas eu d'enfant ( danger d'infections par les maladies sexuellement transmissibles ). Il n'est pas le premier choix par contre il peut le devenir s'il y a eu plusieurs grossesses.


  • TopTop

    Les pilules

    Elles sont à ranger parmi les micros ou les minis .

  • Les micros ne sont composées que d'une seule hormone.

    Avantages :
    Elles sont surtout utilisées dans la période d'allaitement. Dans ce cas précis leur efficacité est suffisante. Actuellement une micro ( forme sans oestrogènes ) réellement efficace vient d'apparaître sur le marché. Dès lors toute patiente qui aura une contre-indication à la mini classique pourra bénéficier cette fois d'une contraception efficace.
    Désavantages : Le spotting c'est à dire des pertes brunâtres pendant la prise.

  • Les minis :

    Désavantages : Les risques :
    • Le risque vasculaire : c'est celui d'une thrombose veineuse et de ses complications.
    • Le risque est quatre fois plus élevé chez les utilisatrices de contraceptifs oraux que chez les non utilisatrices.
    • Ce risque est peut-être différent selon qu'il s'agit d'une pilule de deuxième ( moins ? ) ou d'une pilule de troisième génération ( ceci est remis en cause ).
    • En chiffres dans une étude de l'OMS on a chez les non utilisatrices une incidence de 3.9 cas pour 100.000 patientes et chez les utilisatrices de la troisième génération de pilules 21.3 cas pour 100.000 patientes. ( 4 pour 100.000 = 0.0004 % et 21.3 =0.002 % ). Le risque est donc réel mais infime.
    • Les personnes à risque ( par exemple les fumeuses et celles qui ont plus de 35 ans ) pourront donc opter pour la micro sans oestrogènes.
    • La conclusion de l'Agence Européenne pour l'évaluation des médicaments est qu'il s'agit d'un accident rare mais grave et qu'en cas d'antécédents de thrombo-embolie la prescription de contraceptifs oestroprogestatifs est contre indiquée.
    • Les risques absolus sont petits, mais ne sont ils d'aucune conséquence? L'étude, parue dans le British Medical Journal du 22/07/2000, en Grande-Bretagne et Nouvelle-Zélande, où les pilules de troisième génération sont employées communément, estime que le taux annuel de mortalité par thromboembolie chez les utilisateurs de contraceptifs oraux est près de 1 pour 100 000.
    • British Medical Journal résumé du 11/11/2000, These findings are consistent with previously reported studies, which found that compared with oral contraceptives with levonorgestrel, third generation oral contraceptives are associated with around twice the risk of venous thromboembolism.
      Comparée aux anciens contraceptifs contenant le levonorgestrel le risque de thromboembolie est environ 2 fois plus élevé avec les pilules actuelles de troisième génération.
      Article complet du 11/11/2000
    • Dès lors on comprend qu'il soit important que vous discutiez de votre cas avec votre médecin. A noter enfin que le risque est 2 fois supérieur en cas de grossesse au risque lié aux contraceptifs oraux.
    • Les autres risques :
      Cette pilule sans oestrogènes sera en outre conseillée aux gens qui souffrent d'hypertension artérielle ( plus de 16/9 ), de diabète et de migraines. Voyez votre médecin et discutez de votre cas.
    Les avantages :
    • Grande efficacité. Facilité d'emploi. Réversibilité
    • Certaines femmes ont des règles irrégulières et hémorragiques conduisant à une anémie. La pilule devrait résoudre ce problème.
    • Elle agit également en cas de règles douloureuses ( dysménorrhée ) et invalidantes.
    • Le syndrome prémenstruel caractérisé notamment par des troubles tels la tristesse etc. peut mais pas toujours être solutionné par la prise d'une mini pilule : la réponse est très individuelle. A essayer sans garantie.
    • On estime que 10% environ des femmes souffrent d'endométriose ( prolifération de l'endomètre dans les régions hors de l'utérus, ce qui peut provoquer des douleurs ). Chez ces personnes la diminution du flux menstruel va leur apporter un confort de vie. Il est possible que ces personnes doivent bénéficier d'une thérapie plus importante. Voir le médecin ( traitements médicaux ou chirurgicaux : tout dépend de l'intensité et du trouble ( notamment l'infertilité )
    • On estime la diminution de la fréquence du cancer de l'ovaire à environ 40 %; si elles l'ont prise pendant dix ans 80% . La durée de l'effet dure 15 ans après avoir stoppé la prise ( c'est en principe un cancer de la femme plus âgée ).
    • Le risque du cancer du corps utérin diminuerait de moitié ( pas du cancer du col où le papilloma virus est responsable )
    • et enfin il n'y aurait peut-être pas d'action pour le cancer du sein ( en fait les résultats publiés sont contradictoires. Dans l'état actuel des connaissances une faible augmentation du risque ne peut cependant être exclue; chez les femmes qui présentent un risque accru : mère, soeur, antécédents de fibroadénome il faut être réticent à la prescrire.).
    • Par ailleurs on sait qu'il y a augmentation de tumeurs hépatiques bénignes; pour les tumeurs malignes les résultats sont de nouveau contradictoires.
      On le voit tout ceci doit évidemment être discuté avec votre médecin en fonction de votre passé etc...
    • La protection contre les maladies sexuellement transmissibles est bien sûr le préservatif; néanmoins la pilule par la réduction du flux menstruel et par l'épaississement du mucus cervical serait également protectrice mais répétons-le la protection contre les maladies sexuellement transmissibles reste le préservatif.
    • Après quarante ans le bénéfice est de prévenir les symptômes de périménopause à savoir les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, les perturbations du sommeil et les autres inconforts de la périménopause.
    • L'acné et l' hyperpilosité : C'est un bénéfice qui est régulièrement constaté par les patientes qui souffrent de ces affections. Important : il faudra faire le diagnostic de la maladie des ovaires micropolykystiques et d'un éventuel diabète. On pourra employer dans ces cas des pilules particulières anti androgènes.
    • On peut encore signaler les effets bénéfiques de la prise de pilule, sans que la personne ait besoin de l'effet contraceptif, ( irrégularités menstruelles et hémorragies de l'adolescence ).


  • La contraception de longue durée

    Contraceptifs de longue durée d'action


    TopTop

    Il y a donc moyen de trouver "Sa" contraception sans trop de difficultés et sans trop de risques, bien moins en tout cas qu'en l'absence de contraception ( grossesses non désirées, Ivg, grossesses extra-utérines ).
    Il est clair aussi que le choix passe par l'aide d'un médecin pour engranger les bénéfices et éviter les risques peu nombreux mais réels.
    Retour Télécharger Imprimer (PDF)

    Si vous voulez envoyer cette page à un(e) ou des ami(es)