La Médecine Vétérinaire en Belgique

Docteur Vétérinaire Philippe Bogaerts

 

Accueil............ Histoire........... Etudes........... Liens..............

 

Les études de Médecine Vétérinaire durent 6 années.

 

Actuellement,seules deux Universités en Belgique,proposent le cycle d'études complet.

Il s'agit de l'Université de Liège - Faculté de Médecine Vétérinaire(en langue française) et de l'Universiteit Gent - Fakulteit Diergeneeskunde(en langue néerlandaise).

Cependant il est possible de débuter ses études dans d'autres Universités et d'y accomplir les trois premières années. Cette possibilité est offerte par :

 

A l’heure actuelle, hormis les procédures particulières pour les étudiants non-résidents, il n’existe pas de concours d’entrée aux études de médecine vétérinaire en Belgique.

Cependant l'intérêt que suscitent les études de médecine vétérinaire en général et l'afflux massif d'étudiants de nationalité française en particulier a entraîné, cette dernière décennie, une situation de pléthore qui pouvait être considérée, à juste titre comme préoccupante. Cette situation a eu pour effet de faire de la Faculté de Médecine Vétérinaire de l'ULG, la plus grande école vétérinaire française en nombre d’étudiants, rassemblant plus d’étudiants que n’importe quelle école vétérinaire située sur le territoire français. A titre d'exemple, lors de la promotion 2010, sur les 230 jeunes diplômés on comptait 164 lauréats de nationalité française (= 71%).

(En savoir plus : Evolution du nombre d'étudiants inscrits à la Faculté de Médecine Vétérinaire de I'Université de Liège de 1997 à 2001) - Evolution du nombre d'étudiants selon leur nationalité - Pourcentage des étudiants belges et français dans les différentes années)

En effet la capacité inadéquate des locaux de cours et des cliniques, conçus et pensés pour des taux d'occupation nettement inférieurs à la réalité d'aujourd'hui, couplée au manque d’encadrement académique, considérant le nombre croissant d'étudiants, associé aussi à une carence de cas cliniques susceptibles d'être traités par chaque étudiant, mettaient en péril la qualité de la formation et risquaient de ce fait d'entraîner un retrait de l'accréditation de la Faculté de Médecine Vétérinaire en accord avec la Directive Européenne 2005/36/EC, ce qui aurait eu pour conséquence une perte de valeur du diplôme délivré.

Afin de remédier à ce problème une solution temporaire à cette pléthore avait été trouvée, suite au décret du 8 mai 2003 du Parlement de la Communauté Française, par l'instauration d'un concours d'admission en première année du grade de bachelier en Médecine vétérinaire. Malheureusement le décret ne prévoyait ce concours que pour trois années académiques (2003-2004, 2004-2005, 2005-2006). Cependant, ce type d'examen a eu un effet imprévu car la grande majorité des lauréats reçus étaient de nationalité française soit parce qu'ils étaient mieux préparés et habitués à passer des concours, soit parce qu'ils étaient plus motivés, soit parce qu'ils étaient plus âgés que les candidats belges et avaient déja suivi une ou deux années d'études préparatoires. Il en résultait une nette réduction du nombre d'étudiants de nationalité belge ce qui à long terme risquait d'entraîner une pénurie de vétérinaires désireux d'exercer leur profession en Communauté Française de Belgique, et plus particulièrement dans les secteurs des animaux de production et de la santé publique vétérinaire car la toute grande majorité des diplômés de nationalité française retournent exercer leur nouveau métier en France.

(En savoir plus : "La Pléthore, conséquences et solutions." ULG-FMV

Dès lors, le 13 juin 2006, le Parlement de la Communauté Française a adopté un décret qui limite à 30% les étudiants non-résidents qui s’inscrivent pour la première fois dans le 1er cycle de certaines études organisées en Communauté Française, dont les études de médecine vétérinaire.
Un recours en annulation a été déposé contre ce décret auprès de la Cour Constitutionnelle qui a rendu un arrêt le 31 mai 2011 annulant partiellement les limitations du nombre d’étudiants étrangers dans certaines filières de l’enseignement supérieur belge. Cependant, la filière vétérinaire effectuée dans les universités n’a pas fait l’objet de cette annulation. Par conséquent, les modalités d’inscription en médecine vétérinaire restent les mêmes que celles en vigueur depuis 2006 c’est-à-dire avec tirage au sort.

Pour s’inscrire, les étudiants non-résidents doivent introduire une demande à partir du troisième jour ouvrable qui précède le 2 septembre. L’étudiant se présente en personne, au lieu et durant les heures d’inscription fixées par l’établissement. Une procuration n’est pas admise. Une attestation mentionnant le numéro d'ordre, la date et l'heure de la demande d'inscription est remise à l'étudiant au moment où il dépose sa demande.

Chaque étudiant non résident ne peut introduire avant le 2 septembre précédant l'année académique qu'une seule demande d'inscription c'est-à-dire dans un seul établissement.

Par ailleurs, l'étudiant qui n'a pas effectué sa scolarité en Belgique, convient de s'assurer, avant la demande d'inscription, que le diplôme sanctionnant ses études secondaires soit équivalent au diplôme de l’enseignement secondaire belge. Le baccalauréat français n’est pas automatiquement équivalent. Donc préalablement à l’inscription il est nécessaire de faire une demande d’équivalence de son diplôme auprès du Ministère de la Communauté Française.

(En savoir plus : (Communauté Française de Belgique) Ministère de la Fédération Walonnie-Bruxelles : Equivalence des diplômes)