PHIL

ligne

PVC ET ADDITIFS

ligne

CE QUE RACONTE GREENPEACE

L'impact sur l'environnement, sur le travail et sur la santé de la pollution persistante causée par la production de chlore, DCE, VCM, PVC et additifs.

PVC, an environmental poison (PVC, un poison pour l'environnement) de Greenpeace Australie sur Internet.

ligne

FAITS ET CHIFFRES

L'impact sur l'environnement et sur la santé du PVC et des additifs

L'impact sur l'environnement et sur la santé du chlore et du PVC peut être soumis à des études comparées par l'intermédiaire de l'analyse du cycle de vie. On peut trouver à notre page Analyse du cycle de vie du PVC et des alternatives. Les phtalates, les principaux additifs du PVC souple sont analysés à la page "Chlore et mutations hormonales" (version anglaise), mais nous avons voulu insérer à ce niveau notre réponse aux accusations de Greenpeace. Un autre argument abordé ici est l'utilisation de métaux lourds en tant qu'agents stabilisateurs du PVC.

ligne

Parties de cette page

ligne

Le plomb en tant que stabilisant du PVC

A cause de l'inquiétude suscitée par le plomb en tant que stabilisant du PVC utilisé dans les tuyauteries de l'eau potable, la Confédération des industries productrices de tuyaux des Pays Nordiques (Norvège, Suède, Danemark, Finlande) a rédigé un document pour ouvrir un débat scientifique sur l'impact sur l'environnement et sur la santé, comparé avec les autres utilisations du plomb. Ceci peut fournir une idée de l'importance des problèmes causés par le plomb dans le PVC par rapport à ceux liés à d'autres utilisations du plomb.


Infiltrations de plomb dans l'eau potable.

Des analyses ont été menées sur l'eau potable et sur les matériaux des tuyauteries, pour vérifier l'existence de plomb qui pourrait passer par migration du PVC à l'eau. Exception faite des cinq premiers jours, pendant lesquels le plomb de la surface peut être transmis à l'eau, on ne retrouve aucune migration et l'eau qui sort du robinet a un contenu identique en plomb que celui naturellement présent à la source. Pendant les premiers jours les tuyaux sont soumis à des tests pour vérifier des infiltrations éventuelles et sont lavés avec un jet puissant et complètement désinfectés.

La surface des tuyaux en PVC a été soumise au même test qui est effectué sur des objets en céramique au contact des aliments.
Les résultats du premier test sont de 0,13 et 0,20 mg de plomb par dm2.
Au deuxième test on a obtenu des valeurs inférieures de 0,01 mg/dm2, ce qui veut dire qu'il n'a pas eu de passage de plomb par migration de la partie interne du plastique.
La limite la plus sévère imposée à l'intérieur de l'UE est de 0,80 mg/dm2.


Utilisations du plomb en Suède

La consommation de plomb en Suède en 1992 fut:

La consommation de plomb
en Suède en 1992 fut:
Applications: consommation
(tonnes)
Accumulateurs,
en plomb:
22.000
Revêtement câbles
moins de:
3.000
Cristaux: 1.300
Electronique: 1.300
Munitions: 1.200
Poids: 1.000
Alliages métalliques: 900
Plombs de pêche, filets: 600
Tôles pour cheminées: 500
Additifs mat. plastiques,
tubes PVC exclus:
400
Essence avec plomb: 340
Tuyaux en PVC: 225
Autres emplois: 150
Protection antirouille, vernis: 90

Aspect intéressant: si le plomb des tuyaux en PVC constitue un problème, pourquoi permet-on alors l'emploi du plomb pour la cristallerie, uniquement pour le plaisir de l'art du soufflage du verre, certainement sans aucun avantage pour l'environnement?


Emissions de plomb en Suède

Les émissions annuelles de plomb dans l'environnement sont évaluées être dans l'ordre de:

Les émissions annuelles de plomb:
Produit: émission
(tonnes annuelles)
Accumulateurs: 3.000
Munitions: 1.200
Plombs de pêche,
filets:
600
Essence avec plomb: 340
Prot. Antirouille, vernis: 90
Tuyaux en PVC: 0,08

Au moment de l'incinération, la quantité de n'importe quel métal utilisé comme agent stabilisateur dans le PVC n'altère pratiquement pas le quantité totale de métaux lourds dont devront être épurés les gaz émis par la cheminée.

On ne retrouve pas de suintement à partir des tuyaux en PVC dans le sol ou dans les décharges, ni de décomposition de ce même matériau en PVC rigide. Même si on suppose que le PVC se décomposera dans tous les cas sur une période d'environ 100 000 ans, ce risque supplémentaire d'infiltrations de plomb reste donc négligeable:
Contenu naturel en plomb du sol: 20-50 mg/kg.
Quantité maximale autorisée dans différents pays: 200-1000 mg/kg

Si le contenu en plomb d'un mètre de tuyau en PVC de 110 mm (4.3") était transmis au sol environnant, cela augmenterait le contenu en plomb déjà présent dans le terrain de:

0,4 mg/kg si seule la couche superficielle s'effrite et si le plomb filtre jusqu'à une distance de 0,5 m du tuyau.
7 mg/kg si tout le contenu en plomb est transmis par migration dans 1m3 de terrain environnant.

La vitesse de migration des métaux en général est inférieure à 1,5 m tous les 600 ans, exception faite seulement dans les cas où ils se transmettent dans le grès à une vitesse de 4,5 m tous les 690 ans.

ligne

Les phtalates en tant que plastifiants du PVC souple

Phtalates et toxicité

En réponse à la panique créée par Greenpeace à propos de la migration de substances chimiques "toxiques" à partir des jouets, nous vous présentons une brève description des caractéristiques toxicologiques des phtalates.

La toxicité aiguő des différents phtalates commercialisés est tellement basse qu'il faut en administrer des quantités énormes aux animaux pour atteindre la DMT (dose maximale tolérée), correspondant à 500 g par jour pour un adulte. Le DEHP, le phtalate d'utilisation la plus courante, n'est pas classifié comme substance toxique et irritante. L'emploi du DEHP est autorisé pour les matériaux d'emballage des aliments, comme l'a établi la FDA américaine ainsi que la Commission Scientifique de l'UE sur les substances alimentaires. Le PVC plastifié avec du DEHP est le seul matériau souple admis par la Pharmacopée Européenne pour la production d'accessoires pour la transfusion de sang et de plasma.


Phtalates et cancer

Evidemment, si on administre des doses continues égales à la DMT, des effets finissent par se produire, qui sont cependant dus à la dose et non à la toxicité du produit. Voir "Too many rodent carcinogens" ("Trop de substances cancérigènes pour les rongeurs") de Bruce N. Ames.
Dans le cas du DEHP, des doses élevées de phtalates, graisses et autres substances administrées aux souris pendant toute leur existence entra”ne la "prolifération des peroxysomes", qui conduit à la formation de tumeurs du foie. On n'a PAS observé les mêmes effets chez les primates (singes). Cette différence entre diverses espèces fut notée par la Commission Européenne, qui a délibéré le 25 juillet 1990 que le DEHP ne doit pas être classé ou étiqueté comme substance cancérogène ou irritante.
Une récente analyse approfondie des données et un rapport unanime de l'IARC ont conclu que les effets causés par la prolifération du peroxysome chez les rongeurs ont une influence négligeable chez l'homme.


Phtalates et hormones

Seuls deux phtalates, le dibutylphtalate (DBP, que l'on trouve dans la nature dans le céleri et la livèche!) et le butylbenzylphtalate (BBP) principalement utilisés dans les encres d'imprimerie, montrent une activité œstrogénique extrêmement modérée (un millionième de l'effet de l'hormone féminine naturelle œstradiol) dans CERTAINES expériences in vitro, mais ne présentent aucun effet dans d'autres tests [21] [22] [23] [24]. Tous les phtalates d'usage courant, comme le DEHP, le DINP et le DIDP (diisodécylphtalate) ont été soumis à des analyses qui ont donné des résultats négatifs [21].

Les études les plus récentes sur des organismes vivants, spécifiquement ciblées sur la mise en évidence d'effets hormonaux, n'ont relevé aucune conséquence en ce qui concerne tous les phtalates, qui vont du DBP au DIDP [22].

De plus, l'exposition des rats au DINP [25] et au DIDP [26] in utero, pendant l'allaitement, la puberté et l'âge adulte dans des études multi-générations n'a pas eu d'influence sur les dimensions des testicules, sur le nombre, la morphologie ou la motilité des spermatozo‘des, et n'a pas non plus entra”né d'effets sur la fertilité.


Aucun effet des phtalates sur la reproduction à doses réduites

Quelques phtalates (comme le DEHP) peuvent avoir, à doses très élevées, des effets sur la reproduction. De telles doses sont de loin supérieures à celles auxquelles on n'observe pas d'effets négatifs (le niveau NOAEL - no observed adverse effects level) sur aucun type de rats, c'est-à-dire l'espèce animale plus sujette à ces effets. La limite maximale consentie pour l'homme a été fixée à une valeur 100 fois inférieure au niveau NOAEL chez les rats.
Une seule étude a révélé pour un phtalate, le BBP, des effets perturbateurs sur l'appareil de reproduction , même à doses réduites, seulement supérieures de 10-100 fois à la dose consommée par les enfants durant leur alimentation. Cette étude du Prof. R. Sharpe e.a. du Medical Research Council (Département de Biologie) d'Edinburgh n'a pu être reproduite par deux autres laboratoires, bien qu'ils se soient strictement appliqués à reproduire l'étude originale. Bien qu'on ait annoncé que cette étude serait retirée [34], le Dr R. Sharpe a seulement déclaré qu'elle n'avait pu être reproduite [36]. Vu que personne n'a pu fournir une explication, il semble clair que le BBP ne peut être à l'origine des différences et donc ne peut avoir des effets perturbateurs à doses réduites.Voyez aussi le commentaire du Prof. Sharpe durant la période où son étude avait alimenté une campagne alarmiste sur les quantités de phtalates présents dans les aliments destinés à l'enfance en Grande Bretagne: How my work triggered the milk fiasco
Une explication possible à ces différences pourraient venir du fait que le bisphénol A est parfois utilisé comme anti-oxydant dans les phtalates et dans d'autres cas non. Une autre pourrait être le fait qu'il y ait eu des différences dans l'alimentation des rats au cours des tests successifs. Il est par exemple de notoriété publique que le soja contient de puissants oestrogènes isoflavonoides.

ligne

LES ALTERNATIVES

Toutes les alternatives utilisent presque toujours des additifs pour conférer les propriétés exigées par un usage spécifique, et le PVC ne fait certainement pas exception. Antioxydants, pesticides, anticryptogamiques, stabilisants, colorants, etc... sont utilisés pour le papier, les matériaux plastiques, les vernis, etc...
A moins qu'il n'y ait des répercussions sur l'environnement ou sur la santé dans des proportions acceptables, ils ne constituent pas un problème. Si des additifs déterminés entra”nent des problèmes particuliers, ils doivent alors être éliminés et remplacés par d'autres.


CONCLUSION

Il n'y a pas de raisons pour interdire l'emploi des métaux (lourds) comme agents stabilisateurs du PVC, du moment que leur impact sur l'environnement et sur la santé soit négligeable. Il existe au contraire d'autres problèmes actuels si on compare l'impact du plomb dans le PVC à son utilisation dans de nombreuses autres applications.
Il n'existe pas non plus de risque véritable lié à l'emploi des phtalates dans le PVC souple.

ligne

Vous vous trouvez au niveau deux des pages des Chlorophiles.

Créé: 2 juin 1996.
Dernière révision: 10 mai 1998.

Page de bienvenue

À la Page d'accueil des Chlorophiles

En haut: PVC et alternatives

À gauche: Analyse du cycle de vie du PVC et des alternatives

En bas: PVC et cancer des testicules, l'étude d'Örebro (Suède)

Pour tout commentaire sur cette page ou sur d'autres pages, et en particulier sur les additifs du PVC:

Envoyez à: Chlorophiles@ping.be